Compte-Rendu Atelier du Changement - Circuits courts en Sarthe : une économie sociale et solidaire.

Compte-Rendu Atelier du Changement – Circuits courts en Sarthe : une économie sociale et solidaire.

Le 21 juin dernier s’est tenu à Saint-Aubin de Locquenay l’atelier du changement « Les circuits courts en Sarthe : une économie sociale et solidaire ».

En introduction, il a été rappelé que l’atelier s’inscrit dans une démarche de recherche de solutions afin de redynamiser le territoire.

Le développement des circuits courts pose un certain nombre de questions à nous citoyens mais aussi aux élus. L’objectif est de faire un état des lieux des différentes formes de circuits courts afin de mieux répondre à la demande des consommateurs : pour cela, il faut être dans une démarche d’écoute.

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire ?

Elle peut se résumer en quelques thématiques : acheter responsable, se déplacer écologiquement, épargner solidaire, consommer des produits biologique, se protéger et agir ensemble, entreprendre et travailler ensemble.

La singularité de l’économie sociale et solidaire tient à sa philosophie d’entreprendre ensemble. Né au 19ème siècle de la volonté de guider la production des biens et des services à partir des besoins de tous et non de l’intérêt de quelques-uns, l’économie sociale et solidaire se caractérise plus par une vision d’utilité sociale plus que par la recherche d’un gain.

Cette économie rassemble des personnes autour de valeurs de démocratie, de liberté et de solidarité.

Très diversifié, le secteur de l’économie sociale et solidaire regroupe des associations, des coopératives, des mutuelles, des fondations dans des domaines aussi diversifiés que le commerce équitable, les produits bio (qui est le domaine abordé ce soir), la santé, la petite enfance, l’éducation…

Axé principalement sur des initiatives de développement local, de réinsertion et de lutte contre l’exclusion, l’économie sociale et solidaire tends à offrir des biens et des services au plus grand nombre. Elle occupe d’ailleurs les premières places dans plusieurs secteurs de notre économie. A titre d’exemple, 68% des services d’aide à domicile des personnes dépendantes sont assurés par le secteur,, quelques millions de français sont protégés par des mutuelles de santé.

Il faut reconnaitre le rôle de cette économie dans l’économie du pays comme une forme d’économie alternative à l’économie tel qu’on la connait. L’apport de entrepreneuriat solidaire est particulièrement remarquable tant du point de vue de la richesse produite que des emplois non délocalisables crées dans les territoires.

D’après le bilan 2011 publié par « Recherche et Solidarités », l’économie sociale et solidaire représente 200 000 établissements employant 2 350 000 salariés représentant une masse salariale de 51,6 milliards d’euros.

Réformer l’économie sociale et solidaire :

Un projet de loi sera élaboré d’ici la fin de l’année 2013 pour donner un cadre législatif à l’économie sociale et solidaire. Mais d’ores et déjà, emplois d’avenir, contrats de générations et Banque Publique d’investissements sont autant de dispositifs qui visent à soutenir le développement de cette économie.

Avec 440 000 emplois crées en 10 ans et une croissance de 23% (alors que le secteur privé n’a augmenté de 7%), cette économie représente 1 emploi sur 8.

Notre 1er intervenant de l’atelier, Monsieur Olivier BIENCOURT (conseiller municipal du Mans, conseiller communautaire de Le Mans Métropole et conseiller régional des Pays de la Loire), a axé sa présentation autour des différentes actions de soutien de la région aux différents secteurs. Avec la mise en place à la fin 2008 d’un plan anti crise et depuis le début du second mandat du plan « 50 mesures contre la crise ». Ces 2 plans impactent en autre la restauration des lycées avec la mise en place des circuits alimentaires de qualité.

Les objectifs sont en autre de dynamiser le tissu économique de proximité (producteurs locaux, agriculteurs…), de diminuer l’emprunte carbone lié au déplacement pour l’acheminement des marchandises en rapprochant les producteurs et les consommateurs, développer le lien social par le rapprochement des personnes et des activités.

Dernièrement, la région a mis en place une charte régionale des circuits alimentaires de proximité et de qualité. Des appels à projets vont être financés dans le cadre de cette charte.

Notre 2ème intervenant, Madame Julie MERCIER (éleveuse à Saint-Aubin de Locquenay) nous a fait une présentation du GAB72 (Groupement des Agriculteurs Bio de la Sarthe). Les différents objectifs sont : représenter et défendre les agriculteurs, développer l’agriculture bio, structurer la filière, promouvoir à travers des manifestations (les bio automnales, les journées pédagogiques…).

Est venu dans un dernier temps, un échange avec le public. Les échanges se sont déroulés sur des thèmes variés : quelles sont les étapes de conversion, les financements, la chate régional, comment regrouper les productions et organiser les distributions, l’intervention d’une élu autour de la restauration scolaire.

Nos échanges se sont terminés autour d’une dégustation de produits bio locaux.

Merci aux associations, élus et aux citoyens de s’être déplacés.

Nicolas BOISSEL

Secrétaire fédéral aux Energies et à l’Ecologie.