Le revenu de base en débat

Le 24 septembre, accueillis par la section Le Mans Sud Allende, nous avons organisé une conférence débat sur le revenu de base.

A l’occasion de la semaine internationale pour le revenu de base, nous avions invité un représentant de l’association « Mouvement Français pour un revenu de Base ». L’association est présente dans de nombreuses régions et milite pour la mise en place de cet outil, nous avons également invité le représentant local du Parti Pirate, très investi sur le sujet.

Au total une vingtaine de personnes sont passées à ce débat, après une introduction du secrétaire fédéral à l’économie s’appuyant sur le rapport de la fondation Jaurès et du représentant du parti pirate, le représentant du MFRB a exposé le cheminement qui a amené à militer pour ce dispositif , il est revenu sur les références historiques, sur les expérimentations un peu partout dans le monde, sur les effets positifs et négatifs pour la société, il a expliqué également à partir de cas concrets les effets sur chaque catégorie de citoyens.

Pratiquement toutes les catégories sont gagnantes sur ce dispositif, dont le financement est loin d’être insurmontable, une parenthèse a été ouverte sur les monnaies dématérialisées et participatives avec notamment le sou en Mayenne.

Après cet exposé un échange très riche s’est réalisé avec la salle, avec beaucoup de questions pertinentes, la première était un rappel historique, Jean-Pierre Duval rappelant son militantisme pour le revenu de base il y a plus de 30 ans, faisant un parallèle avec l’esprit qui avait amené la création du RMI.

Les autres interventions ont été plus sur les freins et les interrogations qui peuvent naître à l’idée de la mise en place de ce dispositif , les réponses y ont été apportées et les expérimentations réelles font qu’il y a des éléments probants face à ces doutes légitimes , le financement le rapport Jaurès y répond très précisément ( je vous invite à le consulter), le risque de oisiveté moins de 2% dans les pays où a été mise en place le dispositif, après certains dans la salle ont proposé de coupler le revenu universel à un engagement civique.

Ensuite a été longuement évoqué un changement dans le rapport au travail avec notamment la notion plus positive d’activité. Clairement dans ce dispositif on est, avec un travail moins subit, plus choisi et que la révolution numérique se poursuivant les rapports aux travails allait forcement être bouleversé.

Après un peu plus de deux heures d’échanges, nous avons clôturé par un pot de l’amitié et les personnes présentes ont mieux découvert un dispositif qui suscite curiosité et intérêt.

Lionel BORREMANS, Secrétaire fédéral à l’économie