Message de Christophe COUNIL aux socialistes sarthois

Cher-e-s Camarades

Dans le cadre de notre 78ème Congrès vous serez appelé à voter le 29 mars pour désigner les responsables de notre formation politique.

Hier soir, à l’occasion des vœux de notre Fédération, j’ai annoncé que je ne serai pas candidat à un 3ème mandat. Cette décision est le fruit d’une réflexion personnelle murement réfléchie.

J’ai rejoint le Parti socialiste, l’année de mes 18 ans. C’était un jour du mois de mai 1991 alors que le PS célébrait les 10 ans de l’élection de François MITTERRAND avec une belle campagne intitulée « 10 ans qu’on sème ». Un an plus tard, je devenais secrétaire de la Section Le Mans II – Salvador ALLENDE, fonction que j’ai abandonnée en 2012 pour succéder à Stéphane LE FOLL au poste de 1er secrétaire de notre Fédération. De 1992 à 2012, j’ai également exercé diverses fonctions au sein du Bureau fédéral.

Depuis 26 ans, j’ai donc exercé, sans discontinuer, des responsabilités au sein de notre formation. Mon parcours témoigne que je n’ai jamais cherché la réussite individuelle mais que j’ai toujours cherché à inscrire mon action dans un cadre collectif qui porte le joli nom de Parti socialiste. 26 ans, c’est long et court à la fois. Aujourd’hui, je ressens le besoin de tourner cette page.

Je pars mais je ne déserte pas.

Je ne déserte pas car j’assumerai jusqu’au 29 mars prochain mes fonctions de 1er secrétaire fédéral et j’accompagnerai mon successeur, s’il le souhaite, dans sa prise de fonction.

Je ne déserte pas car je reste socialiste. Simplement, je redeviens un simple militant parmi les militants. Un militant toujours partant pour le débat d’idées et les actions de terrain.

Je ne déserte pas car je reste un élu socialiste impliqué sur le terrain pour porter nos valeurs et mettre en application les principes qui sont à la base de notre engagement commun.

Je suis persuadé que dans le contexte actuel de refondation, notre formation a besoin localement d’être prise en main par une nouvelle équipe qui s’inscrira, je l’espère, dans le chemin tracé ces dernières années, tout en faisant preuve d’un esprit novateur pour adapter et renouveler nos pratiques.

Ce choix, il est également personnel. A deux ans, des prochaines élections municipales, j’ai la volonté de me consacrer encore davantage aux mandats locaux que j’exerce en votre nom et de contribuer à la victoire de la Gauche au Mans et dans la Sarthe.

Je pars l’esprit serein car je laisse une maison en bon état.

Malgré les difficultés, notre Fédération est restée ouverte au dialogue et au débat d’idées que nous avons porté, avec l’équipe fédérale, dans l’ensemble de nos sections.

Notre Fédération dispose d’une assise électorale qui reste forte avec 3 parlementaires dont une sénatrice, 15 conseillers régionaux et départementaux, 6 maires de villes de plus de 1 000 habitants, 4 Présidents de Communauté de Communes et une centaine d’élus municipaux présents dans près de 50 communes différentes.

Notre Fédération est une maison où chaque militant se sent respecté pour ce qu’il est. Une maison où la décision collective a toujours prévalu sur les décisions personnelles. Une maison où l’invective n’a pas sa place.

Certains auront parfois critiqué mon côté trop consensuel mais je suis persuadé que cette capacité à maintenir l’unité a été notre force dans la tempête et fait que nous avons probablement mieux résisté que d’autres Fédérations.

Notre Fédération peut aborder l’avenir sereinement car elle dispose d’un capital humain important à travers ses 658 militants mais aussi à travers des finances saines et l’existence d’outils performant ; à commencer par nos locaux qui prouvent qu’en Sarthe, nous avons su prendre une longueur d’avance sur la rénovation du Parti Socialiste.

Bien sûr, je sais que tout n’est parfait. Dans beaucoup de domaines, j’aurai aimé faire plus, faire mieux ! C’est notamment le cas dans l’accompagnement des sections rurales. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces différents points à l’occasion de l’examen du rapport fédéral d’activités.

Toutefois, je sais que ce que j’ai fait, je l’ai fait avec sincérité et conviction en plaçant toujours notre intérêt collectif avant l’intérêt individuel.

Je pars en vous étant redevable de la confiance que m’avez témoignée à de multiples reprises. Je voudrais plus particulièrement remercier de leur soutien et de leur travail les membres du Secrétariat et du Bureau fédéral qui n’ont pas ménagé leur peine durant toutes ces années. Je voudrais enfin remercier plus particulièrement Sylvie et Liliane qui sont beaucoup plus que des permanentes ; elles sont avant tout des militantes.

Je garderai longtemps un souvenir ému de ces 6 années passées à la tête de notre Fédération, de nos débats, de nos échanges, de nos moments de doute et de joie.

Je garderai longtemps un souvenir ému de ces belles relations que nous avons tissées ensemble.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Amitiés socialistes.